Poeme-France : Lecture Écrit Souffrance

Poeme : La Misère Et L’Argent

Poème Souffrance
Publié le 02/05/2013 22:09

L'écrit contient 283 mots qui sont répartis dans 2 strophes.

Poete : Manu Edouard Moulin

La Misère Et L’Argent

Des sombres terres du Nord où crevèrent des mineurs
À trop laisser de sueur en des veines sans cœur ;
Des hauts fourneaux de l’Est où brûlèrent sans conteste
Bien de calleuses mains au feu Luciférien.
Des usines assassines où trimèrent dès matines
Mil esclaves enchainés aux rythmes effrénés ;
Des ateliers malsains où de petites mains
Subirent des vilénies, honteuses et asservies.
Des champs ensemencés où des reins furent brisés
Chaque jour trop pliés pour l’ivraie arracher ;
Des sourds flots en colère où se noyèrent des frères
En vagues meurtrières, terrible baptistère.
De tous ces coins de France il ne fut que souffrances,
Vénales exploitations, sordides soumissions ;
De partout le pays des ombres furent meurtries
Abattues sous le joug d’infâmes grippe-sou.
Ils étaient bedonnant et fumaient le cigare
À leur table invitant le sabre et l’encensoir ;
Chacun à son content narrait diverses histoires
Se gaussant des manants, ces miséreux guignards.
Ils allaient à confesse moins souvent qu’au bordel
Vénérant des maîtresses expertes en jarretelles ;
Dépensant à l’ivresse des sommes substantielles
Qu’ils refusaient sans cesse au petit personnel.
Un matin se leva un cri de désespoir
Et le peuple érigea sur les friqués boulevards
Des barrières en amas de pierres et d’étendards
Où le sang s’épancha sous un feu excrétoire.
Nos pères et nos grands-pères, ainsi se sacrifièrent
Chantant la liberté avant de succomber ;
Ils moururent libres et fiers, valeureux prolétaires,
Espérant « plus jamais », leurs enfants exploités.
Aujourd’hui qu’en est il de tant de sacrifices ? …
Une Europe stérile au bord du précipice
Où l’argent-roi-débile se pare d’injustice,
Où la belle Sibylle n’est plus annonciatrice.

Manu Edouard Moulin
  • Pieds Hyphénique: La Misère Et L’Argent

    des=sombres=ter=res=du=nord=où=cre=vè=rent=des=mi=neurs 13
    à=trop=lais=ser=de=sueur=en=des=vei=nes=sans=cœur 12
    des=hauts=four=neaux=de=lèst=où=brû=lèrent=sans=con=teste 12
    bien=de=cal=leu=ses=mains=au=feu=lu=ci=fé=rien 12
    des=u=sines=as=sas=sines=où=tri=mè=rent=dès=ma=tines 13
    mil=es=claves=en=chai=nés=aux=ryth=mes=ef=fré=nés 12
    des=a=te=liers=mal=sains=où=de=pe=ti=tes=mains 12
    su=birent=des=vi=lé=nies=hon=teu=ses=et=as=ser=vies 13
    des=champs=ense=men=cés=où=des=reins=fu=rent=bri=sés 12
    cha=que=jour=trop=pli=és=pour=li=vraie=ar=ra=cher 12
    des=sourds=flots=en=co=lère=où=se=noyè=rent=des=frères 12
    en=va=gues=meur=triè=res=ter=ri=ble=bap=tis=tère 12
    de=tous=ces=coins=de=france=il=ne=fut=que=souf=frances 12
    vé=nales=ex=ploi=ta=tions=sor=di=des=sou=mis=sions 12
    de=par=tout=le=pa=ys=des=ombres=fu=rent=meur=tries 12
    abat=tues=sous=le=joug=din=fâ=mes=grip=pe=sou 11
    ils=é=taient=be=don=nant=et=fu=maient=le=ci=gare 12
    à=leur=tablein=vi=tant=le=sa=bre=et=len=cen=soir 12
    cha=cun=à=son=content=nar=rait=di=ver=ses=his=toires 12
    se=gaus=sant=des=ma=nants=ces=mi=sé=reux=gui=gnards 12
    ils=al=laient=à=confes=se=moins=sou=vent=quau=bor=del 12
    vé=né=rant=des=maîtres=ses=ex=per=tes=en=jar=re=tel=les 14
    dépen=sant=à=li=vres=se=des=som=mes=sub=stan=tielles 12
    quils=re=fu=saient=sans=ces=seau=pe=tit=per=son=nel 12
    un=ma=tin=se=le=va=un=cri=de=dé=ses=poir 12
    et=le=peupleé=ri=gea=sur=les=fri=qués=bou=le=vards 12
    des=bar=rières=en=a=mas=de=pier=res=et=dé=ten=dards 13
    où=le=sang=sé=pan=cha=sous=un=feu=ex=cré=toire 12
    nos=pères=et=nos=grands=pè=res=ain=si=se=sa=cri=fièrent 13
    chan=tant=la=li=ber=té=a=vant=de=suc=com=ber 12
    ils=mou=rurent=li=bres=et=fiers=va=leu=reux=pro=lé=taires 13
    es=pé=rant=plus=ja=mais=leurs=en=fants=ex=ploi=tés 12
    au=jourd=hui=quen=est=il=de=tant=de=sa=cri=fices 12
    une=eu=ro=pe=sté=ri=leau=bord=du=pré=ci=pice 12
    où=lar=gent=roi=dé=bile=se=pa=re=din=jus=tice 12
    où=la=bel=le=si=byl=le=nest=plus=an=non=cia=trice 13

    ma=nu=e=dou=ard=mou=lin 7
  • Phonétique : La Misère Et L’Argent

    dε sɔ̃bʁə- teʁə- dy nɔʁ u kʁəvεʁe dε minœʁ
    a tʁo lεse də sɥœʁ ɑ̃ dε vεnə sɑ̃ kœʁ,
    dεz- o fuʁno də lεst u bʁylεʁe sɑ̃ kɔ̃tεstə
    bjɛ̃ də kaløzə mɛ̃z- o fø lysifeʁjɛ̃.
    dεz- yzinəz- asasinəz- u tʁimεʁe dε matinə
    mil εsklavəz- ɑ̃ʃεnez- o ʁitməz- efʁene,
    dεz- atəlje malsɛ̃z- u də pətitə mɛ̃
    sybiʁe dε vileni, ɔ̃tøzəz- e asεʁvi.
    dε ʃɑ̃z- ɑ̃səmɑ̃sez- u dε ʁɛ̃ fyʁe bʁize
    ʃakə ʒuʁ tʁo plje puʁ livʁε aʁaʃe,
    dε suʁd floz- ɑ̃ kɔlεʁə u sə nwajεʁe dε fʁεʁə
    ɑ̃ vaɡ məʁtʁjεʁə, teʁiblə batistεʁə.
    də tus sε kwɛ̃ də fʁɑ̃sə il nə fy kə sufʁɑ̃sə,
    venaləz- εksplwatasjɔ̃, sɔʁdidə sumisjɔ̃,
    də paʁtu lə pεi dεz- ɔ̃bʁə- fyʁe məʁtʁi
    abatɥ su lə ʒuɡ dɛ̃famə ɡʁipə su.
    ilz- etε bədɔnɑ̃ e fymε lə siɡaʁə
    a lœʁ tablə ɛ̃vitɑ̃ lə sabʁə e lɑ̃sɑ̃swaʁ,
    ʃakœ̃ a sɔ̃ kɔ̃tɑ̃ naʁε divεʁsə- istwaʁə
    sə ɡosɑ̃ dε manɑ̃, sε mizeʁø ɡiɲaʁd.
    ilz- alε a kɔ̃fεsə mwɛ̃ suvɑ̃ ko bɔʁdεl
    veneʁɑ̃ dε mεtʁesəz- εkspεʁtəz- ɑ̃ ʒaʁətεllə,
    depɑ̃sɑ̃ a livʁεsə dε sɔmə sybstɑ̃sjεllə
    kil ʁəfyzε sɑ̃ sεsə o pəti pεʁsɔnεl.
    œ̃ matɛ̃ sə ləva œ̃ kʁi də dezεspwaʁ
    e lə pəplə eʁiʒa syʁ lε fʁike buləvaʁd
    dε baʁjεʁəz- ɑ̃n- ama də pjeʁəz- e detɑ̃daʁd
    u lə sɑ̃ sepɑ̃ʃa suz- œ̃ fø εkskʁetwaʁə.
    no pεʁəz- e no ɡʁɑ̃ pεʁə, ɛ̃si sə sakʁifjεʁe
    ʃɑ̃tɑ̃ la libεʁte avɑ̃ də sykɔ̃be,
    il muʁyʁe libʁəz- e fje, valəʁø pʁɔletεʁə,
    εspeʁɑ̃t « plys ʒamεs », lœʁz- ɑ̃fɑ̃z- εksplwate.
    oʒuʁdɥi kɑ̃n- εt- il də tɑ̃ də sakʁifisə ? …
    ynə əʁɔpə steʁilə o bɔʁ dy pʁesipisə
    u laʁʒe ʁwa debilə sə paʁə dɛ̃ʒystisə,
    u la bεllə sibilə nε plysz- anɔ̃sjatʁisə.

    many əduaʁ mulɛ̃
  • Pieds Phonétique : La Misère Et L’Argent

    dε=sɔ̃=bʁə=te=ʁə=dy=nɔʁ=u=kʁə=vε=ʁe=dε=mi=nœʁ 14
    a=tʁo=lε=se=də=sɥœ=ʁə=ɑ̃=dε=vε=nə=sɑ̃=kœʁ 13
    dε=zo=fuʁ=no=də=lεst=u=bʁy=lε=ʁe=sɑ̃=kɔ̃=tεs=tə 14
    bj=ɛ̃=də=ka=lø=zə=mɛ̃=zo=fø=ly=si=fe=ʁj=ɛ̃ 14
    dε=zy=zi=nə=za=sa=sinə=zu=tʁi=mε=ʁe=dε=ma=tinə 14
    mil=εs=kla=və=zɑ̃=ʃε=ne=zo=ʁit=mə=ze=fʁe=ne 13
    dε=za=tə=lj=e=mal=sɛ̃=zu=də=pə=ti=tə=mɛ̃ 13
    sy=bi=ʁe=dε=vi=le=ni=ɔ̃=tø=zə=ze=a=sεʁ=vi 14
    dε=ʃɑ̃=zɑ̃=sə=mɑ̃=se=zu=dε=ʁɛ̃=fy=ʁe=bʁi=ze 13
    ʃa=kə=ʒuʁ=tʁo=plj=e=puʁ=li=vʁε=a=ʁa=ʃe 12
    dε=suʁd=flo=zɑ̃=kɔ=lε=ʁə=u=sə=nwa=jε=ʁe=dε=fʁεʁə 14
    ɑ̃=va=ɡə=məʁ=tʁj=ε=ʁə=te=ʁi=blə=ba=tis=tεʁ=ə 14
    də=tus=sε=kwɛ̃=də=fʁɑ̃=sə=il=nə=fy=kə=su=fʁɑ̃=sə 14
    ve=na=lə=zεks=plwa=ta=sjɔ̃=sɔʁ=di=də=su=mi=sj=ɔ̃ 14
    də=paʁ=tu=lə=pε=i=dε=zɔ̃=bʁə=fy=ʁe=məʁ=tʁi 13
    a=batɥ=su=lə=ʒuɡ=dɛ̃=fa=mə=ɡʁi=pə=su 11
    il=ze=tε=bə=dɔ=nɑ̃=e=fy=mε=lə=si=ɡa=ʁə 13
    a=lœʁ=ta=blə=ɛ̃=vi=tɑ̃=lə=sa=bʁə=e=lɑ̃=sɑ̃=swaʁ 14
    ʃa=kœ̃=a=sɔ̃=kɔ̃=tɑ̃=na=ʁε=di=vεʁ=sə=is=twa=ʁə 14
    sə=ɡo=sɑ̃=dε=ma=nɑ̃=sε=mi=ze=ʁø=ɡi=ɲaʁd 12
    il=za=lε=a=kɔ̃=fεs=ə=mwɛ̃=su=vɑ̃=ko=bɔʁ=dεl 13
    ve=ne=ʁɑ̃=dε=mε=tʁe=sə=zεk=spεʁtə=zɑ̃=ʒa=ʁə=tεl=lə 14
    de=pɑ̃=sɑ̃=a=li=vʁε=sə=dε=sɔ=mə=syb=stɑ̃=sjεl=lə 14
    kil=ʁə=fy=zε=sɑ̃=sεs=ə=o=pə=ti=pεʁ=sɔ=nεl 13
    œ̃=ma=tɛ̃=sə=lə=va=œ̃=kʁi=də=de=zεs=pwaʁ 12
    e=lə=pə=plə=e=ʁi=ʒa=syʁ=lε=fʁi=ke=bu=lə=vaʁd 14
    dε=ba=ʁjε=ʁə=zɑ̃=na=ma=də=pje=ʁə=ze=de=tɑ̃=daʁd 14
    u=lə=sɑ̃=se=pɑ̃=ʃa=su=zœ̃=fø=εk=skʁe=twa=ʁə 13
    no=pε=ʁə=ze=no=ɡʁɑ̃=pεʁə=ɛ̃=si=sə=sa=kʁi=fjε=ʁe 14
    ʃɑ̃=tɑ̃=la=li=bεʁ=te=a=vɑ̃=də=sy=kɔ̃=be 12
    il=mu=ʁy=ʁe=li=bʁə=ze=fje=va=lə=ʁø=pʁɔ=le=tεʁə 14
    εs=pe=ʁɑ̃t=plys=ʒa=mεs=lœ=ʁə=zɑ̃=fɑ̃=zεks=plwa=te 13
    o=ʒuʁ=dɥi=kɑ̃=nε=til=də=tɑ̃=də=sa=kʁi=fi=sə 13
    y=nə=ə=ʁɔ=pə=ste=ʁi=lə=o=bɔʁ=dy=pʁe=si=pisə 14
    u=laʁ=ʒe=ʁwa=de=bi=lə=sə=pa=ʁə=dɛ̃=ʒys=tis=ə 14
    u=la=bεl=lə=si=bi=lə=nε=plys=za=nɔ̃=sja=tʁis=ə 14

    ma=ny=ə=du=aʁ=mu=lɛ̃ 7

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
02/05/2013 22:39Eugène

Merci de ce poème qui a un accent fin XIXème et nous envoie une vraie question:
quel héritage laisserons-nous si nous jetons notre héritage?

Auteur de Poésie
02/05/2013 22:45Patrice.Truffot

Magnifique, et tellement vrai ! Au niveau du sens, je dirai que ’l’argent-roi’ est plus Luciférien que débile... hélas; mais la rime n’est pas facile... coup de cœur dès que j’en aurai en stock...
Amicalement - Patrice

Auteur de Poésie
02/05/2013 22:57Manu Edouard Moulin

Merci pour vos critiques, elles me permettent d’aller de l’avant.
Amitié, au plaisir de vous lire... (La poésie, quel bel échange).
Manu

Auteur de Poésie
02/05/2013 23:32Mick-Jhon

Vraiment terrible la force de destruction de ce papier...
Je l’ai très bien ressenti tout au long de ton écrit...
J’ai eu grand plaisir à te lire...merci
Amitié...Mick.

Auteur de Poésie
02/05/2013 23:36Tams

un texte tres rechercher avec tellement de verité j’ai aimer te lire comme chaque textes un style différent des mots qui me transporte on vit toujours aux travers de tes vers que te dire milles merci poète bises tams

Auteur de Poésie
03/05/2013 00:22Orpailleur

On dit que l’argent n’a pas d’odeur mais, cette odeur de papier-roi nous monte aux nez et nous en procure une forte nausé.
Très bien décrit.
Toujours aussi jongleur avec les mots et le verbe.
Bravo Manu.

Coup de coeur, qui n’est pas monnayable.

Au plaisir de te relire,

Amitié...Jacques

Auteur de Poésie
03/05/2013 00:39Daniel

L’argent le nerf de la guerre.....Entre ceux qui en ont de trop et ceux qui en ont pas assez.....
Bien des barricades se sont érigées en laissant les perdant du même côté....
Merci pour ce beau texte....toujours un plaisir....Amitié...Dan.....

Auteur de Poésie
03/05/2013 08:03Manu Edouard Moulin

Un poème nostalgique des combats du passé, un poème sur l’exploitation, un poème sur la peur du devenir.....
Voilà tout ce que je voulais écrire; alors j’ai condensé et imaginé un "trois en un"....
Sincèrement heureux que cela vous ai plu et touché.
Je l’ai écrit comme une dédicace à mon arrière-grand-père, vagabond libertaire, qui n’avait de sa vision du monde qu’une liberté sans concession (et pour cela une lutte continuelle).
Un hommage à Edouard, donc.
Merci encore pour votre temps consacré à la lecture, et critique des mes écrits. (C’est rassurant).
Amitié.
Manu

Auteur de Poésie
03/05/2013 11:32Loup Gris

Ah...La belle époque... Ça dépend pour qui bien sûr, toutes ces petites gens qui mettaient leur cœur et leur honneur dans le travail bien fait perdirent bien souvent leurs santés au profit d’une poignée d’esclavagistes fortunés. Un excellent écrit, très prenant, très fort sur l’exploitation des masses! Le pire est que tout se répète aujourd’hui, nos gouvernants sont eux-mêmes gouvernés par le roi Fric. Amitiés, Loup.

Auteur de Poésie
03/05/2013 11:59Tulipe Noire

super ton poème tu as su avec mérite dire les souffrances de tas de gens exploités pour quelques sous de plus et c’es malheureusement qui existe encore partout dans le monde, un plaisir mon ami de lire tes engagés écrits, merci mes amitiés.

Auteur de Poésie
03/05/2013 16:46Halbran

Halbran
Salut Manu, quel poème et quel poète aussi.
La grandeur de tes sentiments transcende ta belle plume.
Je suis a la fois ému et enchanté.
Mille fois merci.
A bientôt, ami.
J’espère qu’il me reste un Coup de Coeur, sinon je reviendrai, dès que possible.
Guy