Prose : Le Feuillu Et E Conifère (Fable)

Le Feuillu Et E Conifère (Fable)

Le feuillu et le conifère

Le soleil ne venait plus le biser, il lui disait
« Demain c’est la fin de l’été, changera ta parure »
Le feuillu savait qu’une saison encore il jouirait
Du bonheur de plaire en flamboyants tons d’ocre libéeé
Il se vint piétiner l’automne de la changeante nature
Pour garder sur nos yeux les feux du soleil caché

La prime froideur pris racine au seuil de automne
Dans le parc discret notre feuillu triste pleurait
Parsemait douillet le sol à chaudes feuilles
Elles s’envolaient ça et là, caressant frivoles
Chahutaient au passage un prompt apeuré
Ce bon gros chat paresseux qui là se pouponne

Le dépouillé et nu feuillu tranquille veillait
Il m’attrapa brusque, sur mon pressé passage
De sa branche morte, d’instinct il m’étourdit
Dans mon nuage serein, violenté il s’enhardit
« Toi, dis-moi, pourquoi mon vil habillage ? »
« Jamais pour moi, l’attention des veillées »

Je flottais, mais compris ce pauvre incompris
Il était trop triste d’être dépouillé et si laid
Jaloux du voisin, le verdoyant et clair conifère
Qui de ses mille branches, indiscret s’affère
Se Joue sot de ma pensée outragée, là révoltée
Pour m’entraîner au sol en gestes mal appris

À la nuit des rêves son fantôme m’apparut
Sa torpeur l’assagit, de mots affables se livra
« Je voudrai être beau, couvert de jolis mots »
« Être de la fête, partager les beaux cadeaux »
« Cordial pour vous je serai ; chacun comprendra »
« Me désirer toujours, moi le fade feuillu perdu »

Le conifère sage, épia la malice du sonnet
Il interpella attendri le feuillu en ces mots
« Tu es laid peut être ! En ce jour frais »
« Mais sais-tu, ce qu’est la mort dorée »
« Celle qui succède au bonheur des héros »
« Quand un noël d’illusion vous laisse croire adulé »

« Laid es-tu en ce jour, mais beau demain »
« Jeunesse renouvelé, relais du grand désir »
« Habit nouveau de lumière, moral retrouvé »
« Toi le feuillu des printemps, tu vivras l’infinité »
« Pour moi pas de joie vraie, seul sombre à languir »
« J’attends là, la lame assassine du sauvage destin »

« Ne sois pas envieux de mon sort mortel
» Réjouis-toi de ta laideur en cet l’hiver fidèle «
» Elle te fera atteindre le faste d’une beauté «
» Qui t’apportera des richesses insoupçonnées
« A l’ombre généreuse de ces désirs pluriels »
« Pour survivre à tous ces jours de galas irréels »

Méfiez vous bonnes gens de croire que laideur
Peut vous faire mal aimé car la beauté éphémère
Ne vous laisse pas temps pour profiter du bonheur
ðC₣

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Le Feuillu Et E Conifère (Fable)


  • Phonétique : Le Feuillu Et E Conifère (Fable)

    lə fœjy e lə kɔnifεʁə

    lə sɔlεj nə vənε plys lə bize, il lɥi dizε
    « dəmɛ̃ sε la fɛ̃ də lete, ʃɑ̃ʒəʁa ta paʁyʁə »
    lə fœjy savε kynə sεzɔ̃ ɑ̃kɔʁə il ʒuiʁε
    dy bɔnœʁ də plεʁə ɑ̃ flɑ̃bwajɑ̃ tɔ̃ dɔkʁə libeəe
    il sə vɛ̃ pjetine lotɔmnə də la ʃɑ̃ʒɑ̃tə natyʁə
    puʁ ɡaʁde syʁ noz- iø lε fø dy sɔlεj kaʃe

    la pʁimə fʁwadœʁ pʁi ʁasinə o səj də otɔmnə
    dɑ̃ lə paʁk diskʁε nɔtʁə fœjy tʁistə pləʁε
    paʁsəmε dujε lə sɔl a ʃodə fœjə
    εllə sɑ̃vɔlε sa e la, kaʁesɑ̃ fʁivɔlə
    ʃaytε o pasaʒə œ̃ pʁɔ̃ apəʁe
    sə bɔ̃ ɡʁo ʃa paʁesø ki la sə pupɔnə

    lə depuje e ny fœjy tʁɑ̃kjə vεjε
    il matʁapa bʁyskə, syʁ mɔ̃ pʁese pasaʒə
    də sa bʁɑ̃ʃə mɔʁtə, dɛ̃stɛ̃ il metuʁdi
    dɑ̃ mɔ̃ nɥaʒə səʁɛ̃, vjɔlɑ̃te il sɑ̃naʁdi
    « twa, di mwa, puʁkwa mɔ̃ vil-abijaʒə ? »
    « ʒamε puʁ mwa, latɑ̃sjɔ̃ dε vεjeəs »

    ʒə flɔtε, mε kɔ̃pʁi sə povʁə ɛ̃kɔ̃pʁi
    il etε tʁo tʁistə dεtʁə depuje e si lε
    ʒalu dy vwazɛ̃, lə vεʁdwajɑ̃ e klεʁ kɔnifεʁə
    ki də sε milə bʁɑ̃ʃə, ɛ̃diskʁε safεʁə
    sə ʒu so də ma pɑ̃se utʁaʒe, la ʁevɔlte
    puʁ mɑ̃tʁεne o sɔl ɑ̃ ʒεstə mal apʁi

    a la nɥi dε ʁεvə sɔ̃ fɑ̃tomə mapaʁy
    sa tɔʁpœʁ lasaʒi, də moz- afablə sə livʁa
    « ʒə vudʁε εtʁə bo, kuvεʁ də ʒɔli mɔts »
    « εtʁə də la fεtə, paʁtaʒe lε bo kadoks »
    « kɔʁdjal puʁ vu ʒə səʁε, ʃakœ̃ kɔ̃pʁɑ̃dʁa »
    « mə deziʁe tuʒuʁ, mwa lə fadə fœjy pεʁdy »

    lə kɔnifεʁə saʒə, epja la malisə dy sɔnε
    il ɛ̃tεʁpεlla atɑ̃dʁi lə fœjy ɑ̃ sε mo
    « ty ε lε pø εtʁə ! ɑ̃ sə ʒuʁ fʁεs »
    « mε sε ty, sə kε la mɔʁ dɔʁeə »
    « sεllə ki syksεdə o bɔnœʁ dεz- eʁɔs »
    « kɑ̃t- œ̃ nɔεl dilyzjɔ̃ vu lεsə kʁwaʁə adyle »

    « lε ε ty ɑ̃ sə ʒuʁ, mε bo dəmεn »
    « ʒənεsə ʁənuvəle, ʁəlε dy ɡʁɑ̃ deziʁ »
    « abi nuvo də lymjεʁə, mɔʁal ʁətʁuve »
    « twa lə fœjy dε pʁɛ̃tɑ̃, ty vivʁa lɛ̃finite »
    « puʁ mwa pa də ʒwa vʁε, səl sɔ̃bʁə a lɑ̃ɡiʁ »
    « ʒatɑ̃ la, la lamə asasinə dy sovaʒə dεstin »

    « nə swa pa ɑ̃vjø də mɔ̃ sɔʁ mɔʁtεl
    » ʁeʒui twa də ta lεdœʁ ɑ̃ sεt livεʁ fidεlə «
    » εllə tə fəʁa atɛ̃dʁə lə fastə dynə bote «
    » ki tapɔʁtəʁa dε ʁiʃesəz- ɛ̃supsɔne
    « a lɔ̃bʁə ʒeneʁøzə də sε deziʁ plyʁjεls »
    « puʁ syʁvivʁə a tus sε ʒuʁ də ɡalaz- iʁeεls »

    mefje vu bɔnə ʒɑ̃ də kʁwaʁə kə lεdœʁ
    pø vu fεʁə mal εme kaʁ la bote efemεʁə
    nə vu lεsə pa tɑ̃ puʁ pʁɔfite dy bɔnœʁ
    k
  • Syllabes Phonétique : Le Feuillu Et E Conifère (Fable)


Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
08/12/2022Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.