Poeme-France : Lecture Écrit Vie

Prose : Un Bonheur Périmé

Prose Vie
Publié le 05/10/2020 07:26

L'écrit contient 231 mots qui sont répartis dans 9 strophes.

Poete : Papifé

A Propos de cette Prose

Le cancer…
La trahison…
Éteindre la lumière…

Un Bonheur Périmé

Et puis un jour, il n’a plus eu envie.
La mort avait sinistrement tout envahi.
Plus rien n’était vraiment beau.
Il vivait toujours plus comme un robot.
Plus rien n’avait de goût
Autre que celui de l’égout.
Plus rien ne pouvait être réparé,
Tout était définitivement abîmé.
Comment espérer
D’un bonheur périmé ?

Quand sa femme l’avait trahi,
La douleur avait tout envahi.
Elle lui avait déchiré le cœur.
Elle avait emporté son bonheur.
Ses matins étaient noirs.
La souffrance était partout.
Le chagrin dévorait tout,
Le ciel, le soleil et l’espoir.

Quand le crabe s’était invité,
Sa femme avait déserté.

La savoir aimer ailleurs
Fut pour lui dévastateur.

Puis elle a voulu être pardonnée.
L’esprit avait cru pouvoir
Mais le cœur était bâillonné
D’avoir absorbé tant de désespoir.

Il avait pourtant essayé
Mais rien n’avait balayé
Cette douleur, cette brûlure.
Le désespoir, comme rempart,
N’est pas une favorable augure,
Pour un nouveau départ.

Alors, il avait commencé à mentir.
Alors n’arrêtait pas de rire
Alors que des larmes coulaient en lui,
Alors que tout n’était qu’ennui,
Alors, il avait fait semblant de vivre.

Et petit à petit il s’isolait,
Tout en lui se desséchait.
Tout lui semblait moche
Il se voyait comme un déchet,
Souhaitant que soit proche
La fin programmée d’une vie ratée.
  • Phonétique : Un Bonheur Périmé

    e pɥiz- œ̃ ʒuʁ, il na plysz- y ɑ̃vi.
    la mɔʁ avε sinistʁəmɑ̃ tut- ɑ̃vai.
    plys ʁjɛ̃ netε vʁεmɑ̃ bo.
    il vivε tuʒuʁ plys kɔmə œ̃ ʁɔbo.
    plys ʁjɛ̃ navε də ɡu
    otʁə kə səlɥi də leɡu.
    plys ʁjɛ̃ nə puvε εtʁə ʁepaʁe,
    tut- etε definitivəmɑ̃ abime.
    kɔmɑ̃ εspeʁe
    dœ̃ bɔnœʁ peʁime ?

    kɑ̃ sa famə lavε tʁai,
    la dulœʁ avε tut- ɑ̃vai.
    εllə lɥi avε deʃiʁe lə kœʁ.
    εllə avε ɑ̃pɔʁte sɔ̃ bɔnœʁ.
    sε matɛ̃z- etε nwaʁ.
    la sufʁɑ̃sə etε paʁtu.
    lə ʃaɡʁɛ̃ devɔʁε tu,
    lə sjεl, lə sɔlεj e lεspwaʁ.

    kɑ̃ lə kʁabə setε ɛ̃vite,
    sa famə avε dezεʁte.

    la savwaʁ εme ajœʁ
    fy puʁ lɥi devastatœʁ.

    pɥiz- εllə a vuly εtʁə paʁdɔne.
    lεspʁi avε kʁy puvwaʁ
    mε lə kœʁ etε bajɔne
    davwaʁ absɔʁbe tɑ̃ də dezεspwaʁ.

    il avε puʁtɑ̃ esεje
    mε ʁjɛ̃ navε balεje
    sεtə dulœʁ, sεtə bʁylyʁə.
    lə dezεspwaʁ, kɔmə ʁɑ̃paʁ,
    nε pa ynə favɔʁablə oɡyʁə,
    puʁ œ̃ nuvo depaʁ.

    alɔʁ, il avε kɔmɑ̃se a mɑ̃tiʁ.
    alɔʁ naʁεtε pa də ʁiʁə
    alɔʁ kə dε laʁmə- kulε ɑ̃ lɥi,
    alɔʁ kə tu netε kɑ̃nɥi,
    alɔʁ, il avε fε sɑ̃blɑ̃ də vivʁə.

    e pəti a pəti il sizɔlε,
    tut- ɑ̃ lɥi sə deseʃε.
    tu lɥi sɑ̃blε moʃə
    il sə vwajε kɔmə œ̃ deʃε,
    suεtɑ̃ kə swa pʁoʃə
    la fɛ̃ pʁɔɡʁame dynə vi ʁate.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
05/10/2020 10:24Anya

Ecrit bien formulé mais si désespéré.Pourtant il y a forcément quelqu un quelque part pour qui votre présence est importante, et de par le monde il y a de très belles choses faites par des gens qui ne se sentaient pas bien.Exprimer son découragement,en de belles lignes de surcroît, est un pas vers un recommencement.

Auteur de Poésie
06/10/2020 07:39Hassan Hyjazi

Un beau texte sur un désespoir qui a triste mine, que la maladie vient renforcer. Malgré les bas qu’on pourrait traverser sur ce long fleuve tranquille, il y aura toujours du bon qui arrivera qu’on doit se remémorer en cours de route 😉

Auteur de Poésie
07/10/2020 23:42Printemps

Joli poème! C’est vrai que des rencontres et désaccords font partie de la vie. Heureusement, le soleil se lève et se couche tous les jours…

Auteur de Poésie
11/10/2020 14:39Princesse

Un partage de la souffrance entre le Féminin et le Masculin. Une injustice en aller-retour, qui permet à un cœur de s’ouvrir et d’être accueilli avec amour. Parce que vécu et compris. À cet homme je lui dirais: Non vous n’êtes pas un déchet ni moche, ni desséché, vous isoler est nécessaire, pour renaître à soi, et s’aimer vulnérable, autant que dans la force. Il ne faut pas vous forcer, vivre pleinement la douleur pour guérir, et arracher les pinces au crabe, sans ses pinces, il a déjà perdu, il ne peut plus s’alimenter ! Il représente le mal entretenu par les autres !

Auteur de Poésie
18/10/2020 10:54Stylus

Une belle poésie avec en toile de fond une philosophie sur la vie, ses rencontres, ses détours, ses dégoûts, la lecture m’a plu.
Merci Papifé du partage.