Prose : Akes Ila Beell

Akes Ila Beell

Les chiens ne chassent plus dans les rues, mais les groupuscules se traquent. Qui va dévorer l’autre, qui sera le dernier sur pieds ? La ville perd son sang, une goutte par larme. Qu’est ce qui vous donne la force de continuer ? Est-ce seulement qu’on est sur tapis roulant, qu’on suit la voie unique, qu’on ne peut que tendre nos bras vers les autres chemins désertiques ? La nuit les lumières n’éclairent pas, personne ne sourit pour personne et les gens repartent dans leur caveau. Les architectes de la société n’ont rien prévu, l’arche s’écroule sur lui même et le peuple en dessous reçoit déjà les premières pierres. Dans une cohue amère, chacun fait son chemin au mépris de l’autre qui lui passe devant. Le Ravage est chef d’état et ses sujets ne feront plus de fruit. Nous sommes arrivés au terminus, tout le monde descend, seule la machine laissera ses traces d’un passage acide sur le sol.
Dites au revoir à vos tanières ou bien vous goûterez les cendres du monde.

Syllabation De L'Écrit

  • Syllabes Hyphénique: Akes Ila Beell


  • Phonétique : Akes Ila Beell

    lε ʃjɛ̃ nə ʃase plys dɑ̃ lε ʁy, mε lε ɡʁupyskylə sə tʁake. ki va devɔʁe lotʁə, ki səʁa lə dεʁnje syʁ pje ? la vilə pεʁ sɔ̃ sɑ̃, ynə ɡutə paʁ laʁmə. kε sə ki vu dɔnə la fɔʁsə də kɔ̃tinɥe ? ε sə sələmɑ̃ kɔ̃n- ε syʁ tapi ʁulɑ̃, kɔ̃ sɥi la vwa ynikə, kɔ̃ nə pø kə tɑ̃dʁə no bʁa vεʁ lεz- otʁə- ʃəmɛ̃ dezεʁtik ? la nɥi lε lymjεʁə neklεʁe pa, pεʁsɔnə nə suʁi puʁ pεʁsɔnə e lε ʒɑ̃ ʁəpaʁte dɑ̃ lœʁ kavo. lεz- aʁʃitεktə də la sɔsjete nɔ̃ ʁjɛ̃ pʁevy, laʁʃə sekʁulə syʁ lɥi mεmə e lə pəplə ɑ̃ dəsu ʁəswa deʒa lε pʁəmjεʁə pjeʁə. dɑ̃z- ynə kɔɥ amεʁə, ʃakœ̃ fε sɔ̃ ʃəmɛ̃ o mepʁi də lotʁə ki lɥi pasə dəvɑ̃. lə ʁavaʒə ε ʃεf deta e sε syʒε nə fəʁɔ̃ plys də fʁɥi. nu sɔməz- aʁivez- o tεʁminys, tu lə mɔ̃də desɑ̃, sələ la maʃinə lεsəʁa sε tʁasə dœ̃ pasaʒə asidə syʁ lə sɔl.
    ditəz- o ʁəvwaʁ a vo tanjεʁəz- u bjɛ̃ vu ɡutəʁe lε sɑ̃dʁə- dy mɔ̃də.
  • Syllabes Phonétique : Akes Ila Beell


Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
07/02/2023Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre ressenti, un encouragement, un conseil ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.