Poeme-France : Lecture Écrit Misère

Poeme : À L’Ombre De La Douleur.

Poème Misère
Publié le 22/12/2020 14:26

L'écrit contient 300 mots qui sont répartis dans 7 strophes.

Poete : Tulipe Noire

À L’Ombre De La Douleur.

Voici la fin du mois, aussi de la colère
Des gens pauvres qui ont faim et froids
Où le chagrin de vivre, pèse de tout son poids
Entre l’enjeu du sort et la peur de demain, fauve noire

Leurs nuits sont des éveils et leurs jours des nuits de tout feu
Chaque heure un déjà et chaque instant un après de tourment
Et le songe, il était une fois, le bonheur un lointain océan
Leurs vies un essaim de soucis et des aujourd’hui douloureux

Et pesante comme l’absence d’un être aimé
En leurs demeures, la joie aux doux et assidus entrains
Enfants de la misère et du temps, à l’affut de l’acharné destin
Ils ne les restaient du berceau de son aurore, qu’une douceur étouffée

Voici la fin du mois et la fin de l’année sans âge
Dans le grand vent de l’espoir perdu
Les attentes des chômeurs en courroux
Des jeunes victimes d’un présent aux sinistres présages

Lourde leur sombre peine et son mal et son fracas
Dévidant leur patience qui s’ouvrait sur la hantise
Aux rythmes de la révolte et la rébellion dévastatrice
Tel un feu d’incendie roulant ses flammes sur les horribles lois

Voici la fin du mois et la colère rouge et noir
Qui s’exprimait sur tous les visages
Et enflammait les familles tristes de rages
Pareil à l’éclair, leurs douleurs brillaient en leurs mornes regards
Ô Misère ! Déjà ta force première en tous les cités
En silence cernait de son frisson tous les lieux
Et en tes bras désolés, la tristesse froide à l’ombre des maux
Bavant de rage, l’absurde malheur qui l’a rivait

À ses innocents gens qu’on a trompés leurs rêves et châtiait leurs destinées
  • Pieds Hyphénique: À L’Ombre De La Douleur.

    voi=ci=la=fin=du=mois=aus=si=de=la=co=lè=re 13
    des=gens=pau=vres=qui=ont=faim=et=froids 9
    où=le=cha=grin=de=vi=vre=pè=se=de=tout=son=poids 13
    entre=len=jeu=du=sort=et=la=peur=de=de=main=fau=ve=noire 14

    leurs=nuits=sont=des=é=veils=et=leurs=jours=des=nuits=de=tout=feu 14
    cha=que=heureun=dé=jà=et=cha=queins=tant=un=a=près=de=tourment 14
    et=le=songe=il=é=tait=une=fois=le=bon=heur=un=loin=tain=o=cé=an 17
    leurs=vies=un=es=saim=de=sou=cis=et=des=au=jourdhui=dou=lou=reux 15

    et=pe=san=te=com=me=lab=sen=ce=dun=ê=tre=ai=mé 14
    en=leurs=de=meures=la=joie=aux=doux=et=as=si=dus=en=trains 14
    en=fants=de=la=mi=sèreet=du=temps=à=laf=fut=de=la=char=né=des=tin 17
    ils=ne=les=res=taient=du=ber=ceau=de=son=au=rore=quune=dou=ceur=é=touf=fée 18

    voi=ci=la=fin=du=mois=et=la=fin=de=lan=née=sans=âge 14
    dans=le=grand=vent=de=les=poir=per=du 9
    les=at=ten=tes=des=chô=meurs=en=cour=roux 10
    des=jeunes=vic=ti=mes=dun=pré=sent=aux=si=nis=tres=pré=sages 14

    lour=de=leur=som=bre=pei=ne=et=son=mal=et=son=fra=cas 14
    dé=vi=dant=leur=pa=tien=ce=qui=sou=vrait=sur=la=han=tise 14
    aux=ryth=mes=de=la=ré=vol=teet=la=ré=bel=lion=dé=vas=ta=trice 16
    tel=un=feu=dincen=die=rou=lant=ses=flammes=sur=les=hor=ribles=lois 14

    voi=ci=la=fin=du=mois=et=la=co=lère=rou=ge=et=noir 14
    qui=sex=pri=mait=sur=tous=les=vi=sa=ges 10
    et=en=flam=mait=les=fa=mil=les=tris=tes=de=ra=ges 13
    pa=reil=à=lé=clair=leurs=dou=leurs=brillaient=en=leurs=mornes=re=gards 14
    ô=mi=sère=dé=jà=ta=force=pre=miè=reen=tous=les=ci=tés 14
    en=si=len=ce=cer=nait=de=son=fris=son=tous=les=lieux 13
    et=en=tes=bras=dé=so=lés=la=tristes=se=froi=deà=lombre=des=maux 15
    ba=vant=de=ra=ge=lab=sur=de=mal=heur=qui=la=ri=vait 14

    à=ses=in=nocents=gens=quon=a=trom=pés=leurs=rêves=et=châ=tiait=leurs=des=ti=nées 18
  • Phonétique : À L’Ombre De La Douleur.

    vwasi la fɛ̃ dy mwa, osi də la kɔlεʁə
    dε ʒɑ̃ povʁə- ki ɔ̃ fɛ̃ e fʁwa
    u lə ʃaɡʁɛ̃ də vivʁə, pεzə də tu sɔ̃ pwa
    ɑ̃tʁə lɑ̃ʒø dy sɔʁ e la pœʁ də dəmɛ̃, fovə nwaʁə

    lœʁ nɥi sɔ̃ dεz- evεjz- e lœʁ ʒuʁ dε nɥi də tu fø
    ʃakə œʁ œ̃ deʒa e ʃakə ɛ̃stɑ̃ œ̃n- apʁε də tuʁme
    e lə sɔ̃ʒə, il etε ynə fwa, lə bɔnœʁ œ̃ lwɛ̃tɛ̃ ɔseɑ̃
    lœʁ viz- œ̃n- esɛ̃ də susiz- e dεz- oʒuʁdɥi duluʁø

    e pəzɑ̃tə kɔmə labsɑ̃sə dœ̃n- εtʁə εme
    ɑ̃ lœʁ dəməʁə, la ʒwa o duz- e asidysz- ɑ̃tʁɛ̃
    ɑ̃fɑ̃ də la mizεʁə e dy tɑ̃, a lafy də laʃaʁne dεstɛ̃
    il nə lε ʁεstε dy bεʁso də sɔ̃n- oʁɔʁə, kynə dusœʁ etufe

    vwasi la fɛ̃ dy mwaz- e la fɛ̃ də lane sɑ̃z- aʒə
    dɑ̃ lə ɡʁɑ̃ vɑ̃ də lεspwaʁ pεʁdy
    lεz- atɑ̃tə dε ʃomœʁz- ɑ̃ kuʁʁu
    dε ʒənə viktimə dœ̃ pʁezɑ̃ o sinistʁə- pʁezaʒə

    luʁdə lœʁ sɔ̃bʁə pεnə e sɔ̃ mal e sɔ̃ fʁaka
    devidɑ̃ lœʁ pasjɑ̃sə ki suvʁε syʁ la-ɑ̃tizə
    o ʁitmə də la ʁevɔltə e la ʁebεlljɔ̃ devastatʁisə
    tεl œ̃ fø dɛ̃sɑ̃di ʁulɑ̃ sε flamə syʁ lεz- ɔʁiblə lwa

    vwasi la fɛ̃ dy mwaz- e la kɔlεʁə ʁuʒə e nwaʁ
    ki sεkspʁimε syʁ tus lε vizaʒə
    e ɑ̃flamε lε famijə tʁistə də ʁaʒə
    paʁεj a leklεʁ, lœʁ dulœʁ bʁijε ɑ̃ lœʁ mɔʁnə- ʁəɡaʁd
    o mizεʁə ! deʒa ta fɔʁsə pʁəmjεʁə ɑ̃ tus lε site
    ɑ̃ silɑ̃sə sεʁnε də sɔ̃ fʁisɔ̃ tus lε ljø
    e ɑ̃ tε bʁa dezɔle, la tʁistεsə fʁwadə a lɔ̃bʁə dε mo
    bavɑ̃ də ʁaʒə, labsyʁdə malœʁ ki la ʁivε

    a sεz- inɔsɑ̃ ʒɑ̃ kɔ̃n- a tʁɔ̃pe lœʁ ʁεvəz- e ʃasjε lœʁ dεstine
  • Pieds Phonétique : À L’Ombre De La Douleur.

    vwa=si=la=fɛ̃=dy=mwa=o=si=də=la=kɔ=lεʁ=ə 13
    dε=ʒɑ̃=po=vʁə=ki=ɔ̃=fɛ̃=e=fʁwa 9
    u=lə=ʃa=ɡʁɛ̃=də=vi=vʁə=pε=zə=də=tu=sɔ̃=pwa 13
    ɑ̃=tʁə=lɑ̃=ʒø=dy=sɔʁ=e=la=pœʁ=də=də=mɛ̃=fo=və=nwa=ʁə 16

    lœ=ʁə=nɥi=sɔ̃=dε=ze=vεj=ze=lœ=ʁə=ʒuʁ=dε=nɥi=də=tu=fø 16
    ʃakə=œʁ=œ̃=de=ʒa=e=ʃa=kə=ɛ̃s=tɑ̃=œ̃=na=pʁε=də=tuʁ=me 16
    e=lə=sɔ̃ʒə=il=e=tεynə=fwa=lə=bɔ=nœʁ=œ̃=lwɛ̃=tɛ̃=ɔ=se=ɑ̃ 16
    lœʁ=vi=zœ̃=ne=sɛ̃=də=su=si=ze=dε=zo=ʒuʁ=dɥi=du=lu=ʁø 16

    e=pə=zɑ̃=tə=kɔ=mə=lab=sɑ̃=sə=dœ̃=nε=tʁə=ε=me 14
    ɑ̃=lœ=ʁə=də=mə=ʁə=la=ʒwa=o=du=ze=a=si=dys=zɑ̃=tʁɛ̃ 16
    ɑ̃fɑ̃də=la=mi=zε=ʁəe=dy=tɑ̃=a=la=fy=də=la=ʃaʁ=ne=dεs=tɛ̃ 16
    il=nə=lε=ʁεs=tε=dybεʁsodə=sɔ̃=no=ʁɔ=ʁə=ky=nə=du=sœʁ=e=tu=fe 17

    vwa=si=la=fɛ̃=dy=mwa=ze=la=fɛ̃=də=la=ne=sɑ̃=za=ʒə 15
    dɑ̃=lə=ɡʁɑ̃=vɑ̃=də=lεs=pwaʁ=pεʁ=dy 9
    lε=za=tɑ̃=tə=dε=ʃo=mœ=ʁə=zɑ̃=kuʁ=ʁu 11
    dε=ʒə=nə=vik=ti=mə=dœ̃=pʁe=zɑ̃=o=si=nis=tʁə=pʁe=za=ʒə 16

    luʁ=də=lœ=ʁə=sɔ̃=bʁə=pε=nə=e=sɔ̃=mal=e=sɔ̃=fʁa=ka 15
    de=vi=dɑ̃=lœʁ=pa=sj=ɑ̃=sə=ki=su=vʁε=syʁ=la-ɑ̃=ti=zə 16
    o=ʁit=mə=də=la=ʁe=vɔl=təe=la=ʁe=bεl=ljɔ̃=de=vas=ta=tʁisə 16
    tεl=œ̃=fø=dɛ̃=sɑ̃=di=ʁu=lɑ̃=sε=flamə=syʁ=lε=zɔ=ʁi=blə=lwa 16

    vwa=si=la=fɛ̃=dy=mwa=ze=la=kɔ=lε=ʁə=ʁu=ʒə=e=nwaʁ 15
    ki=sεk=spʁ=mε=syʁ=tus=lε=vi=za=ʒə 10
    e=ɑ̃=fla=mε=lε=fa=mi=jə=tʁis=tə=də=ʁa=ʒə 13
    pa=ʁεj=a=le=klεʁ=lœʁ=du=lœʁ=bʁi=jε=ɑ̃=lœʁ=mɔʁ=nə=ʁə=ɡaʁd 16
    o=mi=zεʁə=de=ʒa=ta=fɔʁ=sə=pʁə=mjε=ʁə=ɑ̃=tus=lε=si=te 16
    ɑ̃=si=lɑ̃=sə=sεʁ=nε=də=sɔ̃=fʁi=sɔ̃=tus=lε=lj=ø 14
    e=ɑ̃=tε=bʁa=de=zɔ=le=la=tʁis=tεsə=fʁwa=dəa=lɔ̃=bʁə=dε=mo 16
    ba=vɑ̃=də=ʁa=ʒə=lab=syʁ=də=ma=lœ=ʁə=ki=la=ʁi=vε 15

    a=sε=zi=nɔ=sɑ̃=ʒɑ̃=kɔ̃=na=tʁɔ̃=pe=lœʁ=ʁεvə=ze=ʃa=sjε=lœʁ=dεs=ti=ne 19

PostScriptum

Parmi les hommes la tolérance s’est égarée
Alors que les pauvres innocents lui chantaient des louanges
le front dans les nuages et l’âme de foi animée
Qui font pâlir jusqu’au larme, les archanges
Aux nimbes dorés et tous les Saint rassemblés.

Historique des Modifications

27/12/2020 14:44
22/12/2020 17:40
22/12/2020 17:39

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
22/12/2020 18:45Kurosaki-Kun

j’ai fait un reve qui parlait de cette derniere phrase mais c’est toi qui parle et non moi, ni moy mais moy quand meme j’ai entendu en reve ce commentaire il vaut mieux faire taire ces doigts qui écrivent tout seuls

Auteur de Poésie
22/12/2020 19:00Printemps

Voici une aquarelle où la douleur, la faim, la perte, le chômage et la calamité publique font partie de ce bouquet de misère et de souffrance, en particulier pour les jeunes qui sont pénalisés par le désespoir. Merci pou ce beau portrait de la réalité avec toutes les nuances de ce moment si difficile pour l’humanité!

Auteur de Poésie
22/12/2020 20:05Tulipe Noire

Amie Printemps merci pour ton partage et pour ton commentaire fort apprécié, merci pour ton coup de coeur poétique, au plaisir de lire tes beaux poèmes....Joyeux Noel.

Auteur de Poésie
22/12/2020 22:38Anya

Très beau texte empathique qui relate le poids de la misère qui s’abat sur les pauvres gens qui souvent ne tiennent même pas jusqu’à la fin du mois.une colère et une souffrance qui parfois s ’expriment mais plus souvent ne s ’expriment pas. Des images saisissantes dans ce poème lyrique qui nous entraîne au plus profond de la douleur, j’aime beaucoup la phrase "leurs nuits sont des éveils et leurs jours des nuits de tous feux" Merci pour ce bel écrit sensible et talentueux, mon coup de coeur.

Auteur de Poésie
23/12/2020 00:16Alejo

Comme toujours je suis content de vous lire j’aime beaucoup vos poèmes.
Malheureusement la pauvreté des uns ne touche pas les plus nantis c’est l’égoïsme grandissant.
Merci pour ce magnifique poème.
Amicalement Alejo.

Auteur de Poésie
24/12/2020 12:12Hassan Hyjazi

Un très beau poème comme d’habitude qui nous rassemble du côté de ses victimes tourmentée par la faim, les soucis et la fatigue de cette vie cruelle où la société est désolée, j’aime beaucoup, amicalement. L’année prochaine sera peut-être un renouveau pour nous qu’on saura apprécier.

Auteur de Poésie
27/12/2020 14:34Malami

Que c’est beau !

Auteur de Poésie
31/12/2020 00:31Donovan.nouel

Dans ce poème que j’adore profondément qui ne ramène pas de touche d’espoir pour les pauvres, la peur...Ça me touche assez durement car je me mets à la place des autres et que ça paraît impossible qu’il n’y ait plus personne à être malheureux dans ce contexte. Le vers qui m’a interpellé parce que c’est subliment beau est "Ils ne les restaient du berceau de son aurore, qu’une douceur étouffée" Tu es talentueux mais de fou, le lion de la poésie sur ce site. Merci du partage avec ma sincère amitié également. C’est un réel plaisir de te lire Tulipe Noire.

Auteur de Poésie
04/01/2021 13:54Bakean

Tulipe noire bonjour, un texte d’actualité dans ce monde en marche, si pareil à ceux de Zola. Une démarche démarche d’écriture aussi intéressante que poignante, bravo.

Auteur de Poésie
04/01/2021 19:41Bouloche

c’est très bien écrit, sensible et fluide comme du Victor Hugo, 2021c’est proche de la Commune, on ne peut qu’admirer...

Auteur de Poésie
04/01/2021 20:28Shlama

Bonjour, heureux de te lire de nouveau, toujours agréable malgré un sujet bien triste, mais bien joliment amené. Merci pour ce partage.

Auteur de Poésie
05/01/2021 12:36Saber Lahmidi

Un très joli poème comme d’habitude ! Merci du partage.

Auteur de Poésie
07/01/2021 10:41Lamarque

Oui hélas la misère croit ... alors que l’opulence grandit Il en sera ainsi tant que la société ne sera pas repensée
dans sa structure profonde ( exemple : revenu d’ existence ...). Bien beau poème qui nous montre les désarrois et la tristesse de tous ceux qui doivent supporter cette misère grandissante . Merci du partage.