Poeme-France : Lecture Écrit Soumission

Texte : Pouvoir, Souffrance Et Humiliation

Texte Soumission
Publié le 30/10/2017 04:05

L'écrit contient 607 mots qui sont répartis dans 1 strophes.

Poete : Yorokonde

A Propos du Texte

Petit traité sur le pouvoir et ses mécanismes : souffrances et humiliations.
Tout avis et opinions sont les bienvenus ! !

Pouvoir, Souffrance Et Humiliation

J’ai tendance à croire que l’homme aime la souffrance et l’humiliation.
On pourrait croire qu’il la recherche même.
Qu’il désire presque s’y empêtrer et l’alimenter.
On le voit de partout, à tous les niveaux, en politique, à l’école, au travail, dans les relations amoureuses…
On est alors en droit de se demander si une personne « victime » de souffrances et d’humiliations, parfois, n’en est pas aussi responsable que son « bourreau », d’ou les guillemets.
Elle se vend alors à son « bourreau » ou plutôt au personnage dont elle s’est elle-même soumise. Non pas par une volonté directe mais par un phénomène inconscient de soumission à ce qui la dépasse, à ce qu’elle ne comprend pas.
C’est en quelque sorte une mise à genou volontaire qui passe évidemment mieux qu’une estocade que l’on ne peut éviter.
Cela est légitime et compréhensible pour toute personne ne connaissant pas les mécanismes de pouvoir régie donc par la souffrance et l’humiliation.
Quand l’indifférence attire, l’humiliation élève au rang d’icône la personne humiliante.
Dieu et l’homme, le maître et l’élève.
Toucher une personne là où ça fait mal lui donne l’envie quasi immédiate de s’excuser.
Etre touché a vif nous ramène à notre propre fragilité.
Le bébé qui a besoin de sa mère. L’enfant qui pleure dans le magasin si papa et maman ne sont pas là.
Le pouvoir par la souffrance et l’humiliation donne la possibilité presque magique de s’asseoir à côté de Dieu et d’obtenir même bien plus que ce que l’on désirait initialement.
Et l’humilié rit, car s’il pleure, c’est l’asile psychiatrique qui l’attend et les antidépresseurs.
Le rire de la soumission face à l’intouchable pouvoir de l’humiliation et de la souffrance.
Le syndrome de Stockholm dans toute sa splendeur.
On en guérit non pas par le combat mais par le dépassement.
En comprendre les causes, c’est le rendre caduc.
Une subtile intelligence qui permet au pouvoir de ne plus l’être, de trouver un adversaire à sa taille.
Car le pouvoir existe par l’importance qu’on lui donne et par la possibilité qu’on lui offre d’exister.
Les personnes avides de pouvoir sont en fait des personnes d’une grande fragilité tout comme leurs esclaves mais qui ont « compris » les tenants et aboutissants et se trouvent donc du « bon » côté.
Je ne vois dans les raisons de cet acharnement au pouvoir qu’une certaine impuissance due à une frustration, un manque, un raté, peut-être une vengeance refoulée dans la vie du tortionnaire, que sais-je ?
Car à mon sens le pouvoir ne provient jamais, dans l’excès, d’un désir sain.
Je ne crois pas à ce pouvoir, celui d’écraser l’autre. Il est pour moi malsain, stérile et assurément symptomatique d’un profond mal-être.
Je rêve d’une société solidaire ou abuseurs de pouvoirs seraient clairement identifiés par tous, punis justement et puis pourquoi pas, par un excès de bonté remis dans le droit chemin par la guérison de leurs névroses les ayant amené à être ainsi.
Les victimes, elles, seraient formées activement (et non pris par la main comme des petits enfants, ce qui ferait qu’aggraver leurs cas) à analyser le pourquoi des choses et à accoucher de leurs esprits (maïeutique) .
Ceci est un autre débat, si tant est qu’un tel débat puisse exister car émettre la possibilité d’une société sans pouvoir, n’est-ce pas nier une face inhérente de l’homme ?
  • Phonétique : Pouvoir, Souffrance Et Humiliation

    ʒε tɑ̃dɑ̃sə a kʁwaʁə kə lɔmə εmə la sufʁɑ̃sə e lymiljasjɔ̃.
    ɔ̃ puʁʁε kʁwaʁə kil la ʁəʃεʁʃə mεmə.
    kil deziʁə pʁεskə si ɑ̃pεtʁe e lalimɑ̃te.
    ɔ̃ lə vwa də paʁtu, a tus lε nivo, ɑ̃ pɔlitikə, a lekɔlə, o tʁavaj, dɑ̃ lε ʁəlasjɔ̃z- amuʁøzə…
    ɔ̃n- εt- alɔʁz- ɑ̃ dʁwa də sə dəmɑ̃de si ynə pεʁsɔnə « viktimə » də sufʁɑ̃səz- e dymiljasjɔ̃, paʁfwa, nɑ̃n- ε pa osi ʁεspɔ̃sablə kə sɔn « buʁʁo », du lε ɡjmε.
    εllə sə vɑ̃t- alɔʁz- a sɔn « buʁʁo » u plyto o pεʁsɔnaʒə dɔ̃ εllə sεt- εllə mεmə sumizə. nɔ̃ pa paʁ ynə vɔlɔ̃te diʁεktə mε paʁ œ̃ fenɔmεnə ɛ̃kɔ̃sjɑ̃ də sumisjɔ̃ a sə ki la depasə, a sə kεllə nə kɔ̃pʁɑ̃ pa.
    sεt- ɑ̃ kεlkə sɔʁtə ynə mizə a ʒənu vɔlɔ̃tεʁə ki pasə evidamɑ̃ mjø kynə εstɔkadə kə lɔ̃ nə pø evite.
    səla ε leʒitimə e kɔ̃pʁeɑ̃siblə puʁ tutə pεʁsɔnə nə kɔnεsɑ̃ pa lε mekanismə də puvwaʁ ʁeʒi dɔ̃k paʁ la sufʁɑ̃sə e lymiljasjɔ̃.
    kɑ̃ lɛ̃difeʁɑ̃sə atiʁə, lymiljasjɔ̃ elεvə o ʁɑ̃ dikonə la pεʁsɔnə ymiljɑ̃tə.
    djø e lɔmə, lə mεtʁə e lelεvə.
    tuʃe ynə pεʁsɔnə la u sa fε mal lɥi dɔnə lɑ̃vi kazi imedjatə də sεkskyze.
    εtʁə tuʃe a vif nu ʁamεnə a nɔtʁə pʁɔpʁə fʁaʒilite.
    lə bebe ki a bəzwɛ̃ də sa mεʁə. lɑ̃fɑ̃ ki plœʁə dɑ̃ lə maɡazɛ̃ si papa e mamɑ̃ nə sɔ̃ pa la.
    lə puvwaʁ paʁ la sufʁɑ̃sə e lymiljasjɔ̃ dɔnə la pɔsibilite pʁεskə maʒikə də sasəwaʁ a kote də djø e dɔptəniʁ mεmə bjɛ̃ plys kə sə kə lɔ̃ deziʁε inisjaləmɑ̃.
    e lymilje ʁit, kaʁ sil plœʁə, sε lazilə psiʃjatʁikə ki latɑ̃t- e lεz- ɑ̃tidepʁesœʁ.
    lə ʁiʁə də la sumisjɔ̃ fasə a lɛ̃tuʃablə puvwaʁ də lymiljasjɔ̃ e də la sufʁɑ̃sə.
    lə sɛ̃dʁomə də stɔkɔlm dɑ̃ tutə sa splɑ̃dœʁ.
    ɔ̃n- ɑ̃ ɡeʁi nɔ̃ pa paʁ lə kɔ̃ba mε paʁ lə depasəmɑ̃.
    ɑ̃ kɔ̃pʁɑ̃dʁə lε kozə, sε lə ʁɑ̃dʁə kadyk.
    ynə sybtilə ɛ̃tεlliʒɑ̃sə ki pεʁmε o puvwaʁ də nə plys lεtʁə, də tʁuve œ̃n- advεʁsεʁə a sa tajə.
    kaʁ lə puvwaʁ εɡzistə paʁ lɛ̃pɔʁtɑ̃sə kɔ̃ lɥi dɔnə e paʁ la pɔsibilite kɔ̃ lɥi ɔfʁə dεɡziste.
    lε pεʁsɔnəz- avidə də puvwaʁ sɔ̃t- ɑ̃ fε dε pεʁsɔnə dynə ɡʁɑ̃də fʁaʒilite tu kɔmə lœʁz- εsklavə mε ki ɔ̃t « kɔ̃pʁis » ləs tənɑ̃z- e abutisɑ̃z- e sə tʁuve dɔ̃k dy « bɔn » kote.
    ʒə nə vwa dɑ̃ lε ʁεzɔ̃ də sεt aʃaʁnəmɑ̃ o puvwaʁ kynə sεʁtεnə ɛ̃pɥisɑ̃sə dɥ a ynə fʁystʁasjɔ̃, œ̃ mɑ̃kə, œ̃ ʁate, pø tεtʁə ynə vɑ̃ʒɑ̃sə ʁəfule dɑ̃ la vi dy tɔʁsjɔnεʁə, kə sε ʒə ?
    kaʁ a mɔ̃ sɑ̃s lə puvwaʁ nə pʁɔvjɛ̃ ʒamε, dɑ̃ lεksε, dœ̃ deziʁ sɛ̃.
    ʒə nə kʁwa pa a sə puvwaʁ, səlɥi dekʁaze lotʁə. il ε puʁ mwa malsɛ̃, steʁilə e asyʁemɑ̃ sɛ̃ptɔmatikə dœ̃ pʁɔfɔ̃ mal εtʁə.
    ʒə ʁεvə dynə sɔsjete sɔlidεʁə u abyzœʁ də puvwaʁ səʁε klεʁəmɑ̃ idɑ̃tifje paʁ tus, pyni ʒystəmɑ̃ e pɥi puʁkwa pa, paʁ œ̃n- εksε də bɔ̃te ʁəmi dɑ̃ lə dʁwa ʃəmɛ̃ paʁ la ɡeʁizɔ̃ də lœʁ nevʁozə lεz- εjɑ̃ aməne a εtʁə ɛ̃si.
    lε viktimə, εllə, səʁε fɔʁmez- aktivəmεnt (εt nɔ̃ pʁi paʁ la mɛ̃ kɔmə dε pətiz- ɑ̃fɑ̃, sə ki fəʁε kaɡʁave lœʁ kas) a analize lə puʁkwa dε ʃozəz- e a akuʃe də lœʁz- εspʁits (majøtikə) .
    səsi εt- œ̃n- otʁə deba, si tɑ̃ ε kœ̃ tεl deba pɥisə εɡziste kaʁ emεtʁə la pɔsibilite dynə sɔsjete sɑ̃ puvwaʁ, nε sə pa nje ynə fasə ineʁɑ̃tə də lɔmə ?

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
30/10/2017 15:32Luma

Tu abordes un pan complexe des rapports humains, certaines de tes assertions me semblent justes, d’autres empruntent des raccourcis. Je pense que ton analyse est trop linéaire, alors qu’il mériterait d’être étudié en éventail. Toutes les formes de dominations ne sont pas identiques, tous les couples dominant/dominé ne suivent pas le même schéma. Comparer parent/enfant, sadique/masochiste, abuseur/abusé, harceleur/harcelé est périlleux même en identifiant ce qui rapproche et éloigne chaque duo.
Je ne prétends pas pouvoir faire mieux, loin de moi cette prétention... Je te donne juste des pistes de remise en question, car l’important c’est que tu aies mené cette réflexion, et cherche à la parfaire. En tout cas ton essai fait réfléchir.
Mes encouragements.

Auteur de Poésie
01/11/2017 18:50Nadja Dream

Sans compter le pervers narcissique... le plus insidieux...