Poeme-France : Lecture Écrit Reve

Prose : Le Reve Du Pirate.

Prose Reve
Publié le 25/07/2012 01:50

L'écrit contient 988 mots qui sont répartis dans 6 strophes.

Poete : Melly-Mellow

Le Reve Du Pirate.

Le vieux grand-père était assis sous le parasol déployé. Je me suis timidement approché de lui comme toujours. Il m’a regardé. Je lisais dans ses yeux bleus la fatigue. Il a éloigné la pile de journaux à coté de lui, et m’a demandé de m’assoir. Il a plongé ses yeux loin dans ces terres qui s’étendaient à l’infini de mes yeux d’enfant. Je devais à peine avoir 8ans. Le soleil se couchait au loin. Mon grand-père, cet homme froid au témpérament de glace, m’a gelé le sang ce soir la, alors que pourtant le feu du crépuscule immergeait son visage dans le feu.
« - Mon petit Killian, as tu un rêve ?
- Bien sûr Papy.
- Qu’est-ce ?
- Je veux naviguer sur toutes les mers du monde ! Je veux être le plus grand navigateur !
- Tu sais mon petit Killian… Il y avait un homme en Occident, un gars plutôt marrant avec une grande salopette, et un nez rouge. .
- Un clown Papy ?
- Un clown aux tristes vérités mon petit Killian. Et bien ce clown comme tu dis, un jour il a dit. . » On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser. . C’est ça le problème des rêves : C’est que c’est fait pour être rêver «. . Tu comprends mon petit ?
- Non Papy…
- Partir en mer c’est dur tu sais. . Mon père à moi n’est jamais rentré, et moi j’y ai laissé des amis, des compagnons. . »
Je me vois encore essuyer mes larmes.
« - Tu vois mon petit, tu es encore un enfant, qui ne peut pas se contrôler…
- Je suis plus petit ! Je vais devenir grand & fort, et je serai un navigateur, quelqu’en soit le prix ! Je veux accomplir mes rêves Grand-Père ! »
Le vieil homme devant moi, las, comme une coquille vide, dans un sourire ultime, pris une grande inspiration…

. . .
« Papy… Papy ! ! »
Le rêve s’arrête là. Sur ma voix d’enfant qui crie pour réveiller le corps littéralement froid. . Les images qui suivent vont très vite. .
Les heures au chevet. . Le médecin qui baisse la tête. .
Maman qui pleure…
Les gens qui nous saluent bien bas. . Les affaires de grand père qui s’en vont. .
Ça fait bientôt 10ans. La seule foutue chose que je me rappelle de toi papy c’est ça. Ce rêve qui se répète encore et encore. . Qui se coupe, se brise.
Depuis ton décès les choses ont beaucoup changé. . Maman t’a rejoint, j’espère qu’elle me voit de là-haut. Les affaires vont bon train, et les bateaux sont en profusion. . Tu connais ce fameux trois mats, fin comme un oiseau papy ? Celui qui accueille des centaines de marins. Je m’y suis engagé comme navigateur. Mon rêve se réalise enfin. Adieu port de ma jeunesse ! Adieu mon village natal ! Je mets le cap là où la mer jusqu’a plus fin s’étend. . Je t’écrivai là-bas.
Alors que je prends le large, le soleil entame sa course.

J’ai grandi, parce que le chemin est encore long. Je ne marche plus à quatre pattes. Le soleil du midi frappe mais je me tiens fermement sur mes deux jambes qui ont déjà changé plusieurs fois de pontons.

Les vagues dansent toujours. Les flots se chevauchent au gré du vent ! La houle est mon lit douillet, et le bateau ma maison. . En haut du mat, flotte au vent un noir pavillon. Tous les soirs, on entonne ses airs de marins, connus de tous les grands pirates.
Ces jours que j’ai gaspillé si bêtement sont difficiles à oublier. . En ces jours-là, je pensais que les rêves restaient des rêves. Depuis j’ai traversé des mers agités. J’ai retrouvé l’espoir d’y croire grâce à tes paroles qui me sont revenues.
« -Réalises tes rêves. . Ne meurs pas stupidement. . Rappelles toi simplement ça. . Quand il y a assez d’amour & d’espoir dans un cœur pour lui permettre de brûler aussi fort qu’une supernova, alors il a aussi assez d’amour & d’espoir pour lui permettre de rester vaillant & humain. . On perd tous quelqu’un à un certain point de nos vies. . Mais ne laisses jamais échapper le sourire que tu as eu en me disant ton rêve. . Retiens le pour l’éternité. . Parce que ça serait… Ta dédicace finale à ce monde. . »

Je suis un rêveur, ce n’est pas grave si cela dérange. . Je continuerai de naviguer sur mes rêves. Je les réaliserai et même en tant que pirate, je resterai le garçon calme que Maman a élevé de toutes ses forces. L’océan m’a adopté à vos décès et depuis je passe mon temps à le dompter.
Une tempête à l’horizon obscurcit le ciel immense. Jouez tambours ! Le tintamarre commence ! J’affronterai la mer déchaînée, pour que mes promesses ne deviennent jamais mensonges, quitte à finir en pièces… Après tout, nous sommes tous des puzzles sur cet océan, aussi complexe que mystérieux.
Si la peur m’envahit. . Ce sera mon dernier soupir. . C’est ainsi. En prenant la mer, je fais une croix sur mon bel avenir.
Adieu silhouettes lointaines, agitant leur blancs mouchoirs.
« -Quoi que tu fasses mon petit, fu finiras les os blanchis. . La vie est une longue comédie. . Pleine d’aventures, promis !
- Papy Papy Papy… »
Même maintenant, je continue de rêver, pour toi qui a quitté ce navire, ballotté aux grès des flots, ce fameux paquebot qu’on nomme communément « la vie ». J’ai toujours su la peine que tu contenais dans ton cœur. . Les regrets & les échecs de l’humain dur que tu étais. . Pour toi, qui à quitter notre navire, pour un monde différent, je t’adresserai mon plus beau sourire, ma plus belle dédicace, du haut de mon rêve. En pièce jointe, tu trouveras également, le puzzle complété au fil de mes aventures, sur les flots que jadis virent tes yeux bleus éreintés.
  • Phonétique : Le Reve Du Pirate.

    lə vjø ɡʁɑ̃ pεʁə etε asi su lə paʁazɔl deplwaje. ʒə mə sɥi timidəmɑ̃ apʁoʃe də lɥi kɔmə tuʒuʁ. il ma ʁəɡaʁde. ʒə lizε dɑ̃ sεz- iø bløs la fatiɡ. il a elwaɲe la pilə də ʒuʁnoz- a kɔte də lɥi, e ma dəmɑ̃de də maswaʁ. il a plɔ̃ʒe sεz- iø lwɛ̃ dɑ̃ sε teʁə- ki setɑ̃dε a lɛ̃fini də mεz- iø dɑ̃fɑ̃. ʒə dəvεz- a pεnə avwaʁ ɥit ɑ̃. lə sɔlεj sə kuʃε o lwɛ̃. mɔ̃ ɡʁɑ̃ pεʁə, sεt ɔmə fʁwa o tempeʁame də ɡlasə, ma ʒəle lə sɑ̃ sə swaʁ la, alɔʁ kə puʁtɑ̃ lə fø dy kʁepyskylə imεʁʒε sɔ̃ vizaʒə dɑ̃ lə fø.
    « mɔ̃ pəti kijjɑ̃, a ty œ̃ ʁεvə ?
    bjɛ̃ syʁ papi.
    kε sə ?
    ʒə vø naviɡe syʁ tutə lε mεʁ dy mɔ̃də ! ʒə vøz- εtʁə lə plys ɡʁɑ̃ naviɡatœʁ !
    ty sε mɔ̃ pəti kijjɑ̃… il i avε œ̃n- ɔmə ɑ̃n- ɔksidɑ̃, œ̃ ɡaʁ plyto maʁɑ̃ avεk ynə ɡʁɑ̃də salɔpεtə, e œ̃ ne ʁuʒə.
    œ̃ klɔwn papi ?
    œ̃ klɔwn o tʁistə veʁite mɔ̃ pəti kijjɑ̃. e bjɛ̃ sə klɔwn kɔmə ty di, œ̃ ʒuʁ il a di. » ɔ̃ kʁwa kə lε ʁεvə, sε fε puʁ sə ʁealize. sε sa lə pʁɔblεmə dε ʁεvə : sε kə sε fε puʁ εtʁə ʁεvəʁ «. ty kɔ̃pʁɑ̃ mɔ̃ pəti ?
    nɔ̃ papi…
    paʁtiʁ ɑ̃ mεʁ sε dyʁ ty sε. mɔ̃ pεʁə a mwa nε ʒamε ʁɑ̃tʁe, e mwa ʒi ε lεse dεz- ami, dε kɔ̃paɲɔ̃. »
    ʒə mə vwaz- ɑ̃kɔʁə esyie mε laʁmə.
    « ty vwa mɔ̃ pəti, ty ε ɑ̃kɔʁə œ̃n- ɑ̃fɑ̃, ki nə pø pa sə kɔ̃tʁole…
    ʒə sɥi plys pəti ! ʒə vε dəvəniʁ ɡʁɑ̃t- e fɔʁ, e ʒə səʁε œ̃ naviɡatœʁ, kεlkɑ̃ swa lə pʁi ! ʒə vøz- akɔ̃pliʁ mε ʁεvə ɡʁɑ̃ pεʁə ! »
    lə vjεj ɔmə dəvɑ̃ mwa, las, kɔmə ynə kɔkjə vidə, dɑ̃z- œ̃ suʁiʁə yltimə, pʁiz- ynə ɡʁɑ̃də ɛ̃spiʁasjɔ̃…


    « papi… papi ! ! »
    lə ʁεvə saʁεtə la. syʁ ma vwa dɑ̃fɑ̃ ki kʁi puʁ ʁevεje lə kɔʁ liteʁaləmɑ̃ fʁwa. lεz- imaʒə ki sɥive vɔ̃ tʁε vitə.
    lεz- œʁz- o ʃəvε. lə medəsɛ̃ ki bεsə la tεtə.
    mamɑ̃ ki plœʁə…
    lε ʒɑ̃ ki nu salɥe bjɛ̃ ba. lεz- afεʁə də ɡʁɑ̃ pεʁə ki sɑ̃ vɔ̃.
    sa fε bjɛ̃to diz- ɑ̃. la sələ futɥ ʃozə kə ʒə mə ʁapεllə də twa papi sε sa. sə ʁεvə ki sə ʁepεtə ɑ̃kɔʁə e ɑ̃kɔʁə. ki sə kupə, sə bʁizə.
    dəpɥi tɔ̃ desε lε ʃozəz- ɔ̃ boku ʃɑ̃ʒe. mamɑ̃ ta ʁəʒwɛ̃, ʒεspεʁə kεllə mə vwa də la-o. lεz- afεʁə vɔ̃ bɔ̃ tʁɛ̃, e lε bato sɔ̃t- ɑ̃ pʁɔfyzjɔ̃. ty kɔnε sə famø tʁwa ma, fɛ̃ kɔmə œ̃n- wazo papi ? səlɥi ki akœjə dε sɑ̃tεnə də maʁɛ̃. ʒə mi sɥiz- ɑ̃ɡaʒe kɔmə naviɡatœʁ. mɔ̃ ʁεvə sə ʁealizə ɑ̃fɛ̃. adjø pɔʁ də ma ʒənεsə ! adjø mɔ̃ vilaʒə natal ! ʒə mεt lə kap la u la mεʁ ʒyska plys fɛ̃ setɑ̃. ʒə tekʁivε la ba.
    alɔʁ kə ʒə pʁɑ̃ lə laʁʒə, lə sɔlεj ɑ̃tamə sa kuʁsə.

    ʒε ɡʁɑ̃di, paʁsə kə lə ʃəmɛ̃ εt- ɑ̃kɔʁə lɔ̃. ʒə nə maʁʃə plysz- a katʁə patə. lə sɔlεj dy midi fʁapə mε ʒə mə tjɛ̃ fεʁməmɑ̃ syʁ mε dø ʒɑ̃bə ki ɔ̃ deʒa ʃɑ̃ʒe plyzjœʁ fwa də pɔ̃tɔ̃.

    lε vaɡ dɑ̃se tuʒuʁ. lε flo sə ʃəvoʃe o ɡʁe dy vɑ̃ ! la ulə ε mɔ̃ li dujε, e lə bato ma mεzɔ̃. ɑ̃-o dy ma, flɔtə o vɑ̃ œ̃ nwaʁ pavilɔ̃. tus lε swaʁ, ɔ̃n- ɑ̃tɔnə sεz- εʁ də maʁɛ̃, kɔnys də tus lε ɡʁɑ̃ piʁatə.
    sε ʒuʁ kə ʒε ɡaspije si bεtəmɑ̃ sɔ̃ difisiləz- a ublje. ɑ̃ sε ʒuʁ la, ʒə pɑ̃sε kə lε ʁεvə ʁεstε dε ʁεvə. dəpɥi ʒε tʁavεʁse dε mεʁz- aʒite. ʒε ʁətʁuve lεspwaʁ di kʁwaʁə ɡʁasə a tε paʁɔlə ki mə sɔ̃ ʁəvənɥ.
    « ʁealizə tε ʁεvə. nə mœʁ pa stypidəmɑ̃. ʁapεllə twa sɛ̃pləmɑ̃ sa. kɑ̃t- il i a ase damuʁ e dεspwaʁ dɑ̃z- œ̃ kœʁ puʁ lɥi pεʁmεtʁə də bʁyle osi fɔʁ kynə sypεʁnɔva, alɔʁz- il a osi ase damuʁ e dεspwaʁ puʁ lɥi pεʁmεtʁə də ʁεste vajɑ̃ e ymɛ̃. ɔ̃ pεʁ tus kεlkœ̃ a œ̃ sεʁtɛ̃ pwɛ̃ də no vi. mε nə lεsə ʒamεz- eʃape lə suʁiʁə kə ty a y ɑ̃ mə dizɑ̃ tɔ̃ ʁεvə. ʁətjɛ̃ lə puʁ letεʁnite. paʁsə kə sa səʁε… ta dedikasə finalə a sə mɔ̃də. »

    ʒə sɥiz- œ̃ ʁεvœʁ, sə nε pa ɡʁavə si səla deʁɑ̃ʒə. ʒə kɔ̃tinɥəʁε də naviɡe syʁ mε ʁεvə. ʒə lε ʁealizəʁε e mεmə ɑ̃ tɑ̃ kə piʁatə, ʒə ʁεstəʁε lə ɡaʁsɔ̃ kalmə kə mamɑ̃ a eləve də tutə sε fɔʁsə. lɔseɑ̃ ma adɔpte a vo desεz- e dəpɥi ʒə pasə mɔ̃ tɑ̃z- a lə dɔ̃pte.
    ynə tɑ̃pεtə a lɔʁizɔ̃ ɔpskyʁsi lə sjεl imɑ̃sə. ʒue tɑ̃buʁ ! lə tɛ̃tamaʁə kɔmɑ̃sə ! ʒafʁɔ̃təʁε la mεʁ deʃεne, puʁ kə mε pʁɔmesə nə dəvjεne ʒamε mɑ̃sɔ̃ʒə, kitə a finiʁ ɑ̃ pjεsə… apʁε tu, nu sɔmə tus dε pyzlə syʁ sεt ɔseɑ̃, osi kɔ̃plεksə kə misteʁjø.
    si la pœʁ mɑ̃vai. sə səʁa mɔ̃ dεʁnje supiʁ. sεt- ɛ̃si. ɑ̃ pʁənɑ̃ la mεʁ, ʒə fεz- ynə kʁwa syʁ mɔ̃ bεl avəniʁ.
    adjø siluεtə lwɛ̃tεnə, aʒitɑ̃ lœʁ blɑ̃ muʃwaʁ.
    « kwa kə ty fasə mɔ̃ pəti, fy finiʁa lεz- os blɑ̃ʃi. la vi εt- ynə lɔ̃ɡ kɔmedi. plεnə davɑ̃tyʁə, pʁɔmi !
    papi papi papi… »
    mεmə mɛ̃tənɑ̃, ʒə kɔ̃tinɥ də ʁεve, puʁ twa ki a kite sə naviʁə, balɔte o ɡʁε dε flo, sə famø pakəbo kɔ̃ nɔmə kɔmynemεnt « la vjə ». ʒε tuʒuʁ sy la pεnə kə ty kɔ̃tənε dɑ̃ tɔ̃ kœʁ. lε ʁəɡʁεz- e lεz- eʃεk də lymɛ̃ dyʁ kə ty etε. puʁ twa, ki a kite nɔtʁə naviʁə, puʁ œ̃ mɔ̃də difeʁɑ̃, ʒə tadʁesəʁε mɔ̃ plys bo suʁiʁə, ma plys bεllə dedikasə, dy-o də mɔ̃ ʁεvə. ɑ̃ pjεsə ʒwɛ̃tə, ty tʁuvəʁaz- eɡaləmɑ̃, lə pyzlə kɔ̃plete o fil də mεz- avɑ̃tyʁə, syʁ lε flo kə ʒadi viʁe tεz- iø bløsz- eʁɛ̃te.

PostScriptum

Un petit texte qui m’est venu d’un manga connu (One Piece pour ceux qui ont reconnus) mais surtout et avant tout de toi mon meilleur ami, Killian, mais aussi tellement plus. . Tu es vraiment quelqu’un d’admirable. . Je sais que la perte de ton grand père a été dure, mais je te soutiens entièrement, et je sais que tu réaliseras tes rêves, quoi qu’il t’en coûte. . N’oublies jamais ce sourire que tu portes si bien, brandis le, tout au long de ta vie, jusqu’a la fin du jour, au crépuscule comme ton grand père dans ce récit totalement fictf je précise. Que l’homme à 3 pattes () que tu deviendras reste le même homme vaillant et si humain…

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
25/07/2012 02:03Illusion

Très bel écrit Melly-Mellow inspirer d’un dessin animé que j’adore lol
Je suis d’accord avec le fait qu’il faille tout fair epour réaliser ses rêves, sans ça a la fin de notre vie nous aurrions plein de regret... et on aurra dans notre ête : "si j’avais fait..."

Auteur de Poésie
25/07/2012 02:05Melly-Mellow

Tu as tout à fait compris l’esprit de ma nouvelle IllusionPerdu. Merci de ton gentil commentaire 🙂

Auteur de Poésie
25/07/2012 02:10Khaldi Mabrouk

Original

Auteur de Poésie
25/07/2012 15:02Melly-Mellow

Merci KHALDI Mabrouk

Auteur de Poésie
05/08/2012 17:02Morgane

Le titre de ton texte m’a interpellée et je ne regrette pas du tout d’avoir cliqué ! C’est beau, c’est un peu de naiveté et de rêve pour beaucoup de maturité dans l’écriture. J’adore vraiment.
Par contre, le premier paragraphe me semble assez sacadé, pourtan le reste est fluide et j’adore !

Auteur de Poésie
05/08/2012 17:17Melly-Mellow

Merci de ta remarque Morgane.. Oui c’est vrai quand la relisant elle n’est pas très harmonieuse.. Pour ma défense j’avais voulu vraiment fixer ce moment avec un maximum de détail mais bon après quelques temps, je me rends que ce n’est pas forcément ce que je voulais.. A voir si un jour je le rééditerai. 😉 En tout cas, merci du passage & du commentaire. Bises.

Auteur de Poésie
08/05/2014 13:11Gramo

Hello Melly-Mellow
J’ai adoré et cela ma touché, d’autant plus que je suis un papy qui prends de l’âge et qui monte les côtes de plus en plus difficilement.
J’avais voulu être un exemple et pour mes enfants , mes petits enfants et leur faire part de mes rêves d’autrefois.
Mais je me rencontre que cela n’intéresse plus personne et comme dans ma poésie " A chacun son chemin" seul la route devant eux compte. Il n’y a guère plus personne pour regarder en arrière et réfléchir sur la richesse de l’expérience.
Amitiés et merci encore d’être venu lire ce regard en arrière qu’était ma poésie " La relève" ...

GRAMO
.

Auteur de Poésie
28/07/2014 23:18Pirate27

Merci pour ton appréciation de mon poème "Au nom de tous les miens" Je t’ai écris un commentaire pour répondre à ta question ...Bonne plume!

Auteur de Poésie
29/07/2014 15:21Melly-Mellow

Gramo : je suis sûre que tes enfants et petits-enfants sont fiers de toi, même s’ils ne le montrent pas forcément ! Et il y aura toujours des gens pour regarder le passé afin de construire l’avenir ! Demandes aux historiens ! Merci en tous les cas de ton passage et de ton appréciation.. Amicalement-
Pirate27 : Aucun problème, je m’y rends immédiatement 🙂 Amicalement-

Auteur de Poésie
28/08/2014 10:10Dada22

Ecrire et comprendre les sentiments ressentis par un autre, voilà un exercice difficile, auquel tu parviens avec talent.

Auteur de Poésie
28/08/2014 17:37Melly-Mellow

Quel compliment ! Merci beaucoup Dada22.. Tout le plaisir me revient 🙂