Poeme-France : Lecture Écrit Amour

Poeme : Cacophonie D’Un Noctambule Aux Yeux De Sel

Poème Amour
Publié le 19/07/2005 18:30

L'écrit contient 215 mots qui sont répartis dans 12 strophes.

Poete : Lancu, Cooloost

Cacophonie D’Un Noctambule Aux Yeux De Sel

1) Ah, la nuit m’ éblouit d’un sourire étoilé.
Las, je n’ai point la force de la contempler.

2) Lune chenue ricane, me voyant perdu,
Le désespoir me gagne, me voilà vaincu.

3) Le chant de la brise, berce mon inconscient,
Je nie cette bise, qui me calme pourtant.

4) Mon doux rêve, reste prisonnier d’un chagrin,
Qui l’achève, déchiqueté par son surin.

5) Les bris du passé, s’amoncèlent en regrets,
Hantent mes pensées, en réel illusionné.

6) Brisé, mon cœur saigne milles gouttes salines,
Vidé, j’erre dans l’obscurité opaline.

7) Blanche Nuit, tu ressasses des visions aigries,
Vœux jaunis, importés par un vent assagi.

8) Une ultime vision parait, l’esprit troublé
Je les revois entrelacés, mon cœur passait.

9) J’aurais aimé être son dévolu, toujours,
Me voilà oublié de l’ingénu, Amour.

10) Je les entends se dire s’aimer, l’âme en peine,
Je sens ma lame me transpercer, point de haine.

11) Je ne cesse de penser à mon aimée, frêle
Je sens mon cœur m’abandonner il se meurt, fiel.

Mon cœur saigne se meurt car non aimé par celle qu’il aime.
Je déverse son eau salée dans les vers de ce poème.
Dans une prochaine Perpétua, Estelle, m’aimeras tu ?
  • Pieds Hyphénique: Cacophonie D’Un Noctambule Aux Yeux De Sel

    un=ah=la=nuit=mé=blouit=dun=sou=rire=é=toi=lé 12
    las=je=nai=point=la=for=ce=de=la=con=tem=pler 12

    deux=lu=ne=che=nue=ri=cane=me=voy=ant=per=du 12
    le=dé=ses=poir=me=ga=gne=me=voi=là=vain=cu 12

    trois=le=chant=de=la=brise=ber=ce=mon=in=cons=cient 12
    je=nie=cet=te=bi=se=qui=me=cal=me=pour=tant 12

    quatre=mon=doux=rê=ve=res=te=pri=son=nier=dun=cha=grin 13
    qui=la=chè=ve=dé=chi=que=té=par=son=su=rin 12

    cin=q=les=bris=du=pas=sé=sa=mon=cèlent=en=re=grets 13
    han=tent=mes=pen=sées=en=réel=il=lu=si=on=né 12

    six=bri=sé=mon=cœur=saigne=mil=les=gout=tes=sa=lines 12
    vi=dé=jer=re=dans=lobs=cu=ri=té=o=pa=line 12

    sept=blan=che=nuit=tu=res=sasses=des=vi=sions=ai=gries 12
    vœux=jau=nis=im=por=tés=par=un=vent=as=sa=gi 12

    hu=it=uneul=ti=me=vi=sion=pa=rait=les=prit=trou=blé 13
    je=les=re=vois=en=tre=la=cés=mon=cœur=pas=sait 12

    neuf=jau=rais=ai=mé=être=son=dé=vo=lu=tou=jours 12
    me=voi=là=ou=bli=é=de=lin=gé=nu=a=mour 12

    dix=je=les=en=tends=se=dire=sai=mer=lâ=meen=peine 12
    je=sens=ma=la=me=me=trans=per=cer=point=de=haine 12

    onze=je=ne=ces=se=de=pen=ser=à=mon=ai=mée=frêle 13
    je=sens=mon=cœur=ma=ban=don=ner=il=se=meurt=fiel 12

    mon=cœur=saigne=se=meurt=car=non=ai=mé=par=cel=le=quil=aime 14
    je=dé=verse=son=eau=sa=lée=dans=les=vers=de=ce=po=ème 14
    dans=une=pro=chai=ne=per=pé=tua=es=tel=le=mai=me=ras=tu 15
  • Phonétique : Cacophonie D’Un Noctambule Aux Yeux De Sel

    yn) a, la nɥi meblui dœ̃ suʁiʁə etwale.
    las, ʒə nε pwɛ̃ la fɔʁsə də la kɔ̃tɑ̃ple.

    døks) lynə ʃənɥ ʁikanə, mə vwajɑ̃ pεʁdy,
    lə dezεspwaʁ mə ɡaɲə, mə vwala vɛ̃ky.

    tʁwas) lə ʃɑ̃ də la bʁizə, bεʁsə mɔ̃n- ɛ̃kɔ̃sjɑ̃,
    ʒə ni sεtə bizə, ki mə kalmə puʁtɑ̃.

    katʁə) mɔ̃ du ʁεvə, ʁεstə pʁizɔnje dœ̃ ʃaɡʁɛ̃,
    ki laʃεvə, deʃikəte paʁ sɔ̃ syʁɛ̃.

    sɛ̃k) ləs bʁi dy pase, samɔ̃sεle ɑ̃ ʁəɡʁε,
    ɑ̃te mε pɑ̃se, ɑ̃ ʁeεl ilyzjɔne.

    siks) bʁize, mɔ̃ kœʁ sεɲə milə ɡutə salinə,
    vide, ʒeʁə dɑ̃ lɔpskyʁite ɔpalinə.

    sεpt) blɑ̃ʃə nɥi, ty ʁesasə dε vizjɔ̃z- εɡʁi,
    veyks ʒoni, ɛ̃pɔʁte paʁ œ̃ vɑ̃ asaʒi.

    ɥit) ynə yltimə vizjɔ̃ paʁε, lεspʁi tʁuble
    ʒə lε ʁəvwaz- ɑ̃tʁəlase, mɔ̃ kœʁ pasε.

    nəf) ʒoʁεz- εme εtʁə sɔ̃ devɔly, tuʒuʁ,
    mə vwala ublje də lɛ̃ʒeny, amuʁ.

    diks) ʒə lεz- ɑ̃tɑ̃ sə diʁə sεme, lamə ɑ̃ pεnə,
    ʒə sɑ̃s ma lamə mə tʁɑ̃spεʁse, pwɛ̃ də-εnə.

    ɔ̃zə) ʒə nə sεsə də pɑ̃se a mɔ̃n- εme, fʁεlə
    ʒə sɑ̃s mɔ̃ kœʁ mabɑ̃dɔne il sə məʁ, fjεl.

    mɔ̃ kœʁ sεɲə sə məʁ kaʁ nɔ̃ εme paʁ sεllə kil εmə.
    ʒə devεʁsə sɔ̃n- o sale dɑ̃ lε vεʁ də sə pɔεmə.
    dɑ̃z- ynə pʁoʃεnə pεʁpetɥa, εstεllə, mεməʁa ty ?
  • Pieds Phonétique : Cacophonie D’Un Noctambule Aux Yeux De Sel

    yn=a=la=nɥi=me=blu=i=dœ̃=su=ʁiʁəe=twa=le 12
    las=ʒə=nε=pwɛ̃=la=fɔʁ=sə=də=la=kɔ̃=tɑ̃=ple 12

    døks=ly=nə=ʃənɥ=ʁi=ka=nə=mə=vwa=jɑ̃=pεʁ=dy 12
    lə=de=zεs=pwaʁ=mə=ɡa=ɲə=mə=vwa=la=vɛ̃=ky 12

    tʁwas=lə=ʃɑ̃=də=la=bʁizə=bεʁ=sə=mɔ̃=nɛ̃=kɔ̃=sjɑ̃ 12
    ʒə=ni=sε=tə=bi=zə=ki=mə=kal=mə=puʁ=tɑ̃ 12

    katʁə=mɔ̃=du=ʁε=və=ʁεs=tə=pʁi=zɔ=nje=dœ̃=ʃa=ɡʁɛ̃ 13
    ki=la=ʃε=və=de=ʃi=kə=te=paʁ=sɔ̃=sy=ʁɛ̃ 12

    sɛ̃k=ləs=bʁi=dy=pase=sa=mɔ̃=sε=le=ɑ̃=ʁə=ɡʁε 12
    ɑ̃=te=mε=pɑ̃=se=ɑ̃=ʁe=εl=i=ly=zjɔ=ne 12

    siks=bʁi=ze=mɔ̃=kœʁ=sεɲə=mi=lə=ɡu=tə=sa=linə 12
    vi=de=ʒe=ʁə=dɑ̃=lɔp=sky=ʁi=te=ɔ=pa=linə 12

    sεpt=blɑ̃ʃə=nɥi=ty=ʁe=sa=sə=dε=vi=zjɔ̃=zε=ɡʁi 12
    ve=yks=ʒo=ni=ɛ̃=pɔʁ=te=paʁ=œ̃=vɑ̃=a=sa=ʒi 13

    ɥ=it=ynəyl=ti=mə=vi=zjɔ̃=pa=ʁε=lεs=pʁi=tʁu=ble 13
    ʒə=lε=ʁə=vwa=zɑ̃=tʁə=la=se=mɔ̃=kœʁ=pa=sε 12

    nəf=ʒo=ʁε=zε=me=εtʁə=sɔ̃=de=vɔ=ly=tu=ʒuʁ 12
    mə=vwa=la=u=blj=e=də=lɛ̃=ʒe=ny=a=muʁ 12

    diks=ʒə=lε=zɑ̃=tɑ̃sə=di=ʁə=sε=me=la=mə=ɑ̃pεnə 12
    ʒə=sɑ̃s=ma=la=mə=mə=tʁɑ̃s=pεʁ=se=pwɛ̃=də-εnə 12

    ɔ̃zə=ʒə=nə=sε=sə=də=pɑ̃=se=a=mɔ̃=nε=me=fʁεlə 13
    ʒə=sɑ̃s=mɔ̃=kœʁ=ma=bɑ̃=dɔ=ne=il=sə=məʁ=fjεl 12

    mɔ̃=kœʁ=sεɲə=sə=məʁ=kaʁ=nɔ̃=ε=me=paʁ=sεllə=kil=εmə 13
    ʒə=de=vεʁsə=sɔ̃=no=sa=le=dɑ̃=lε=vεʁ=də=sə=pɔ=εmə 14
    dɑ̃=zynə=pʁo=ʃε=nə=pεʁ=pet=ɥa=εs=tεllə=mε=mə=ʁa=ty 14

PostScriptum

Je suis déjà mort ? … mdr
Structure peu orthodoxe mais tout est dans les pieds, pour retrouver le poème dans son ordre premier.
Merci de m’avoir lu, le rig ôlô.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
19/07/2005 18:41(F)Lasauvage(F)

(F) Et bien je préfère te savoir vivant mdr Je ne sais que te dire pour l’instant j’ai le souffle coupé. Je vais relire et revenir. Amitié sauvage enrobée d’un carré de chocolat lol (F)

Auteur de Poésie
19/07/2005 19:07Cindy Limpens

Tu me parais bien en vie, et heureusement.... Ta plume est si importante et si belle.... On ne peut pas la perdre comme on ne peut pas te perdre..... Parfois quand un amour meurt, il en renait un autre de ses cendres.... J’aime beaucoup ton poeme... ca faisait longtemps que je ne t’avais pas lue.... C’est toujours un plaisir, je ne me lasse pas de ton style, de cet enchainement de mots qui semble si facile pour toi... De tes écrits tout simplement. Bisous de La Petite Fille...{}{}(F)

Auteur de Poésie
19/07/2005 19:16(F)Lasauvage(F)

(F) Elle était ton bel épice
Le miel et le réglisse
Elle était le sel qui glisse
Entre jarr’telle et cuisse

Elle était ta gourmandise
Ton amande-cerise
Ton offrande, ta bise
Ta friande bêtise (F)

Auteur de Poésie
19/07/2005 22:09Ewilan

J’adore tout simplement 🙂 encore un poème magnifiquement réussi ! une plume selon moi inégalable... bravo pour ce superbe poème !
amitié...juju(BF)

Auteur de Poésie
20/07/2005 15:44Lancu, Cooloost

NB concernant le mot "Perpétua" : étant asiatique, je crois (enfin je crois...huh ? r) à la réincarnation.J’ai employé Perpétua pour nommer la durée d’un cycle du cycle perpétuelle de la vie.

Auteur de Poésie
20/07/2005 16:46L'exentrick

Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus un poème des deux rigolos et mon attente, je l’avoue, a été récompensée par ce poème tout aussi sublime que les précédents! Cher ancien,lol tu as une magnifique façon d’écrire... tellement magnifique que je l’avoue il m’arrive parfois de devoir relire un vers pour le comprendre! (ssshhhhuuut faut pas le répéter!) nan mais je suis sérieuse, tu es un des grands talent de ce site! Et tu as l’humour avec... je m’étonne même de ne pas avoir vu l’un de tes originales monologue, ou une auto critique, ou un débat entre Lancu, et Coolost... Quoiqu’il en soit cela n’ote en rien le fait que tu es un Poète (avec une grande majuscule) digne de ce nom!
Ton apprenti lol

Auteur de Poésie
24/08/2005 17:07Undomielfe

Vraiment sublime, les mots me manquent.
Undomielfe.

Auteur de Poésie
25/08/2005 12:29Kats

Que dire ?
Ton poème est comme je les aime, imagé à souhait. Tu fais de très belles figures de style. Tu es très doué !! Alors au plaisir de te relire !

Auteur de Poésie
25/08/2005 23:33Sheron

1) Dans cette pénombre de mots oubliés
Sonne le glas de la plume ensanglanté

2) réverbération bougie cire colombe
Laisse des ombres de vie encre bombe
3) Complainte grésillement de tourment
Tout viens tout fou le camp
.
4) De la méditation a l’illusion
Planent sournoisement mes confusions
5) Entrer dans mes veines en maraudage
Restes photos noires blanches en paquetage
6) Seul sur les rives cumulus chagrin
Pleurer dans des bras tel un gamin
7) la pomme fut dévorée
En reste les pépins ainsi séchés

😎 carton a peine feutré joues mouillées
Débris de sentiment alors éventrer
9) sur le parvis ma cathédrale c’est effondre
Mes ailes mon ange s’en est aller
10) a son bras un nouvel amour a aimer
Seul alors je pars sans me retourner
11) vois tu cette silhouette de fille aux cheveux ébouriffer
Elle te tend la main car elle aussi a trop saigné
Final dans la pénombre e il y a toujours une autre âme en peine a rencontrer et avec qui l’on peu alors se soigner
Amitié

Auteur de Poésie
18/09/2005 01:25Pascal

j’ai beaucoup apprécié la qualité de ce poeme, bravo!!!!
Jolie commentaire de sheron également bravo!!!

Auteur de Poésie
01/02/2006 13:50+(C+r+o+w)+(S)(S)(S)

Une écriture légère et enchanteuse.
Une écriture lourde et rationelle.
Tellement appréciable que les commentaires ne suffisent plus à décrire ce que l’on ressent.
Au plaisir de te relire.

Amitié.